broman.fr
Blog d’Axelos

Accueil > Vélo > Les détails

Les détails

mardi 15 août 2017, par Axelos

Il est vrai que jusqu’à aujourd’hui, tous mes articles traitants du vélo ne faisaient que dénoncer les non-sens et erreurs divers que j’ai pu constater au fil des années.
En effet, pour revenir sur mon expérience personnel, j’ai passé le permis B il y a plusieurs années, avant notamment que les nouveaux textes de lois sur les zones de rencontres, voies vertes et double sens cyclables n’existent (d’ailleurs ceux-ci n’existaient pas non plus).

Étant contributeur d’OpenStreetMap, j’ai dû apprendre à classifier les voies de circulations par type, puis en tant que cycliste connaître leurs spécificités.

Puis viens alors les questions sur les détails, exemple tout bête, est-ce que les cyclistes sont prioritaires sur les voitures dans les carrefours dans les zones de rencontre ? En effet le panneau de signalisation issus des pays voisins européen induit en erreur puisque la réponse est non.
Ou suis-je autorisé à emprunter les voies réservées aux véhicules lents présents sur certains grands axes routiers ? La réponse est oui, d’ailleurs je suis obligé de l’emprunter si je roule à moins de 60 km/h, et doit la quitter si je roule plus vite. Ces règles s’appliquent aussi aux poids-lourds.

Mais ce genre de détails bêtes m’aide à savoir comment cohabiter avec les différents usagers, puisque je suis à la fois automobiliste, cycliste et parfois piéton.

Puis viens alors les questions plus complexes, ou la théorie du "un cycliste n’est pas un piéton" n’est pas toujours vrai, c’est dans certains cas ambigu.

Trajectoire cyclable sur trottoir

D’abord, car de nombreuses collectivités traces des cheminements sur des trottoirs, biens que ce type d’éventualité n’existe pas dans le code de la route, puisque un trottoir c’est pour les piétons … mais ça concerne aussi la traversée des passages piétons, c’est-à-dire un endroit ou la rencontre avec l’automobiliste peut devenir rapidement houleux, et surtout dangereux en raison de l’infirmation "un cycliste n’est pas un piéton".
Car les situations ou le cycliste profite du passage piéton existent ! Plus exactement il ne profite pas du passage marqué au sol, mais plutôt de la signalisation verticale lumineuse (le petit bonhomme vert), voir l’article R412-30

Lorsqu’une piste cyclable ou une trajectoire matérialisée pour les cycles, signalisée en application des dispositions de l’article R. 411-25, traversant la chaussée est parallèle et contiguë à un passage réservé aux piétons dont le franchissement est réglé par des feux de signalisation lumineux, tout conducteur empruntant cette piste ou cette trajectoire matérialisée est tenu, à défaut de signalisation spécifique, de respecter les feux de signalisation réglant la traversée de la chaussée par les piétons.

Traversée cyclable cadencé piétons

Et comme bien souvent il n’y a pas de traversée cyclable représentée au sol, il se doit alors de rouler sur le passage piéton marquée au sol qui devient de fait son cheminement cyclable.

Traversée cyclable sans marquage
Panneau DSC

Autre exemple, qui parait très bête mais pertinent pour cet article, suis-je en tant que cycliste autorisé à circuler sur les bandes cyclables unidirectionnelles dans le sens opposé des pictogrammes ? En fait la réponse est exactement la même que pour une question à un automobiliste du type s’il peut emprunter une rue à contre sens.
Pourtant en ville, bon nombres d’automobiliste, et même parait-il de policiers municipaux d’après de nombreux témoignages, imaginent que les bandes cyclables unidirectionnelles sont en fait des "pistes cyclables" (d’après leurs jargons éclairés) bidirectionnels.
Et cette légende urbaine semble se propager aujourd’hui au centre-ville de Nancy, la moitié des cyclistes circulants à gauche !

Alors le message que je veux faire passer, c’est que mon obsession à dénoncer les aménagements non conformes n’a pas pour but uniquement d’enquiquiner le monde, mais surtout de prendre en compte que des règles de conduites existent, et que si nous voulons faire cohabiter tous les modes de déplacements ensemble, il faut créer un ensemble cohérent, en non pas créer des axes structurants, qui lorsqu’ils se rencontrent n’ont aucune logique de cohabitation, et se termine dans un flou total. Ou c’est celui qui croie détenir la vérité qui ne respecte non plus la loi, mais la loi du plus fort, et à ce jeu on connaît déjà le grand perdant.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.